Viande et soja – Pourquoi l’élevage intensif dévore les forêts tropicales

Publié par

Escalope de porc, côte de bœuf, cuisse de poulet… de plus en plus de viande atterrit dans nos assiettes. Les animaux, parqués dans des fermes industrielles où ils sont entassés dans de minuscules cages et engraissés avant d’être abattus, ne sont pas les seuls à en pâtir. Les forêts tropicales sont aussi victimes de notre appétit carnassier.

En Amérique latine, d’immenses surfaces sont aujourd’hui recouvertes de pâturages ou de plantations de soja destinées à fabriquer des aliments pour les élevages bovins. La forêt primaire a été détruite pour ces exploitations industrielles. Quelles sont les conséquences pour la nature et le climat ? Comment résoudre ce problème ?

L’élevage industriel en 5 minutes

La viande, gros gaspillage de ressources

Viande

La viande a une place centrale dans l’alimentation des français. Avec environ 87 kilos de chair animale digérée par habitant chaque année, la France se situe au-dessus de la moyenne européenne qui est d’environ 80 kilos. Les français se démarquent encore plus par leur consommation de viande bovine, qui est d’environ 23 kilos pour une moyenne communautaire de 14 kilos, faisant de nous les plus grands consommateurs de bœuf en Europe.

Un milliard d’animaux sont abattus chaque année en France pour leur viande. Pendant leur élevage, ils consomment eux-mêmes de grandes quantités de nourriture. Leurs besoins en matières premières végétales sont tels, que deux tiers des surfaces agricoles sont utilisés pour l’élevage en France. Au lieu d’être consommées directement par les humains, des tonnes de céréales sont avalées par les porcs, les vaches et les volailles, ce qui représente un énorme gaspillage de calories.

La production de viande nécessite également des quantités d’eau inouïes. 15 500 litres d’eau sont utilisés pour produire un kilo de viande de bœuf, contre seulement 1 300 litres pour 1 kilo de céréales ou de pain.

Les conséquences écologiques : déforestation, monocultures, changement climatique

Vue aérienne de la combustion de la forêt amazonienne

Le tourteau de soja, hautement protéiné, est très utilisé dans les élevages porcins et bovins. Afin de répondre à la demande globale en soja, la production sud-américaine a doublé en moins de dix ans. La France étant le 3ème importateur mondial de soja brésilien, notre consommation de viande est en relation directe avec la déforestation dans cette région.

La forêt tropicale amazonienne et le cerrado, une savane boisée au sud du bassin amazonien, sont les zones les plus touchées. La nature est détruite et les indigènes sont chassés de leurs terres pour y établir d’immenses monocultures industrielles. Les personnes qui restent tombent souvent malades : les trois quarts des plants de soja d’Amérique du sud sont des OGM du géant de l’agroalimentaire Monsanto, qui poussent dans des plantations aspergées de pesticides et de glyphosate. Ces poisons sont suspectés de causer cancers et maladies génétiques.

Les pâturages rongent également la forêt tropicale, les arbres étant abattus pour faire de la place au bétail. Les conséquences sur le climat sont catastrophiques : production de méthane par la digestion des animaux, émissions de CO2 par la déforestation et toute la chaine de production (machines, transports), ou encore diffusion de protoxyde d’azote par les engrais. Au final, 18% des émissions mondiales de gaz à effet de serre viennent de l’élevage.

La solution : une alimentation plus végétale

Les produits animaux sont responsables de 72% de l’ensemble des gaz à effet de serre dus à l’alimentation humaine. La production d’une calorie animale nécessite 4 fois plus de surface agricole que la production d’une calorie végétale. La conclusion est sans appel : l’avenir des forêts tropicales se décide dans notre assiette. La lutte contre le réchauffement climatique passe aussi par le choix d’une alimentation plus végétale.

Voici quelques conseils pour une consommation responsable :

  1. Manger plus souvent végétal : steak de seitan, saucisses de tofu, lait d’amande, yaourt de soja, sont autant de délicieuses alternatives aux protéines animales que vous trouverez pour la plupart au supermarché, sinon dans tous les magasins bios.
  2. Revenir à une consommation exceptionnelle de viande : pour ceux qui ne peuvent vraiment pas s’en passer, mieux vaut ne manger de la viande qu’occasionnellement. Pour votre barbecue du dimanche, préférez de la viande biologique non issue de fermes industrielles.
  3. Ne bannissez pas le soja ! Les produits à base de soja commercialisés pour l’alimentation humaine, comme le tofu, ne sont pas issus de la déforestation.  Il s’agit généralement de soja biologique produit en Europe. Ne vous privez donc pas de ces aliments, très riches en protéines.
  4. Stop au gaspillage alimentaire : un français jette en moyenne 20 kilos de nourriture par an, dont 7 kilos d’aliments encore emballés. Les produits animaux ne sont pas épargnés. N’achetez que ce que vous pouvez consommer : c’est économique et écologique !
  5. Et pour un engagement au-delà de votre assiette, n’hésitez pas à rejoindre des mouvements citoyens comme la « marche mondiale contre Monsanto ». Cette manifestation réunit des milliers de personnes en faveur d’une agriculture respectueuse des animaux et de l’environnement pour faire pression sur les décideurs politiques. Les pétitions en ligne ou les lettres adressées aux élus sont également de bonnes façons de s’engager pour une agriculture écologique et une production alimentaire durable.

Si vous le souhaitez,  faites un geste pour changer les choses, tant pour les animaux que pour le respect de la nature !

Signer une pétition sur ce thème

Votre signature peut aider à protéger les forêts tropicales ! Nos pétitions en ligne combattent les projets destructeurs et désignent les responsables par leur nom. Ensemble, nous sommes plus fort !

Poulet blancUne « vie » de poulet : 47 jours parqué en batterie jusqu’à l’abattoir (© Dmitriy Shironosov / iStock)

155 984 SIGNATURES

Élevage : pas d’aides publiques pour les fermes-usines !

Des fonds publics pour financer la souffrance animale ? L’entreprise biélorusse Servolux pourrait obtenir un prêt de 25 millions d’euros de la Banque européenne de développement pour des batteries d’élevages interdites au sein de l’UE. Signez notre pétition pour qu’aucune aide financière ne soit accordée aux usines à animaux !

Plus d’informations

À la BERD et aux institutions financières et agences de crédit à l’exportation

La souffrance des animaux dans les élevages industriels est intolérable. Merci de ne pas soutenir les fermes-usines avec des fonds publics !

AFFICHER LA LETTRE DE PÉTITION

Prénom Nom 
Adresse électronique
Code postalVille
Pays            
France
Belgique
Canada
Suisse
États-Unis            
Afghanistan
Afrique du Sud
Albanie
Algérie
Allemagne
Andorre
Angola
Anguilla
Antarctique
Antigua-et-Barbuda
Arabie saoudite
Argentine
Arménie
Aruba
Australie
Autriche
Azerbaïdjan
Bahamas
Bahreïn
Bangladesh
Barbade
Belgique
Belize
Bénin
Bermudes
Bhoutan
Biélorussie
Bolivie
Bosnie-Herzégovine
Botswana
Brésil
Brunéi Darussalam
Bulgarie
Burkina Faso
Burundi
Cambodge
Cameroun
Canada
Cap-Vert
Ceuta et Melilla
Chili
Chine
Chypre
Colombie
Comores
Congo-Brazzaville
Congo-Kinshasa
Corée du Nord
Corée du Sud
Costa Rica
Côte d’Ivoire
Croatie
Cuba
Curaçao
Danemark
Diego Garcia
Djibouti
Dominique
Égypte
El Salvador
Émirats arabes unis
Équateur
Érythrée
Espagne
Estonie
État de la Cité du Vatican
États fédérés de Micronésie
États-Unis
Éthiopie
Eurozone
Fidji
Finlande
France
Gabon
Gambie
Géorgie
Géorgie du Sud et îles Sandwich du Sud
Ghana
Gibraltar
Grèce
Grenade
Groenland
Guadeloupe
Guam
Guatemala
Guernesey
Guinée
Guinée équatoriale
Guinée-Bissau
Guyana
Guyane française
Haïti
Honduras
Hongrie
Île Christmas
Île de l’Ascension
Île de Man
Île Norfolk
Îles Åland
Îles Caïmans
Îles Canaries
Îles Cocos
Îles Cook
Îles Féroé
Îles Malouines
Îles Mariannes du Nord
Îles Marshall
Îles mineures éloignées des États-Unis
Îles Pitcairn
Îles Salomon
Îles Turques-et-Caïques
Îles Vierges britanniques
Îles Vierges des États-Unis
Inde
Indonésie
Irak
Iran
Irlande
Islande
Israël
Italie
Jamaïque
Japon
Jersey
Jordanie
Kazakhstan
Kenya
Kirghizistan
Kiribati
Kosovo
Koweït
La Réunion
Laos
Lesotho
Lettonie
Liban
Libéria
Libye
Liechtenstein
Lituanie
Luxembourg
Macédoine
Madagascar
Malaisie
Malawi
Maldives
Mali
Malte
Maroc
Martinique
Maurice
Mauritanie
Mayotte
Mexique
Moldavie
Monaco
Mongolie
Monténégro
Montserrat
Mozambique
Myanmar (Birmanie)
Namibie
Nations Unies
Nauru
Népal
Nicaragua
Niger
Nigéria
Niue
Norvège
Nouvelle-Calédonie
Nouvelle-Zélande
Oman
Ouganda
Ouzbékistan
Pakistan
Palaos
Panama
Papouasie-Nouvelle-Guinée
Paraguay
Pays-Bas
Pays-Bas caribéens
Pérou
Philippines
Pologne
Polynésie française
Porto Rico
Portugal
Qatar
R.A.S. chinoise de Hong Kong
R.A.S. chinoise de Macao
République centrafricaine
République dominicaine
Roumanie
Royaume-Uni
Russie
Rwanda
Sahara occidental
Saint-Barthélemy
Saint-Christophe-et-Niévès
Saint-Marin
Saint-Martin
Saint-Martin (partie néerlandaise)
Saint-Pierre-et-Miquelon
Saint-Vincent-et-les-Grenadines
Sainte-Hélène
Sainte-Lucie
Samoa
Samoa américaines
Sao Tomé-et-Principe
Sénégal
Serbie
Seychelles
Sierra Leone
Singapour
Slovaquie
Slovénie
Somalie
Soudan
Soudan du Sud
Sri Lanka
Suède
Suisse
Suriname
Svalbard et Jan Mayen
Swaziland
Syrie
Tadjikistan
Taïwan
Tanzanie
Tchad
Tchéquie
Terres australes françaises
Territoire britannique de l’océan Indien
Territoires palestiniens
Thaïlande
Timor oriental
Togo
Tokélaou
Tonga
Trinité-et-Tobago
Tristan da Cunha
Tunisie
Turkménistan
Turquie
Tuvalu
Ukraine
Uruguay
Vanuatu
Venezuela
Vietnam
Wallis-et-Futuna
Yémen
Zambie
Zimbabwe
Enregistrer les données sur mon appareil
Je signe
Publicités

2 comments

  1. Je suis trésorière de La Maison Écologique. Nous sommes végétariens. Et nous n’allons dans aucune grande surface (ok, une fois par an pour les sacs aspirateur lol). C’est facile, économique, parfait pour la santé.
    Habituellement, nous avons notre potager. Il ne faut que 50m2 pour nourrir deux personnes toute l’année. Paillage, récupération d’eau de pluie, des eaux de cuisson… Deux poules désherbent et nous donnent des œufs. Nous avons fait le tour des paysans et nous avons du lait cru au pie de la vache d’un petit troupeau de 12 vaches. Elles broutent tranquillement, pas d’ensilage pour le foin d’hiver.
    Avec les oeufs et le lait, nous avons fromage et yaourts. Ce n’est pas compliqué.
    Nous avons racheté deux poulains qui allaient à l’abattoir. Ils sont éduqués pour le transport, le travail…avec une approche éthologique. Ils ont de l’herbe au pré et du foin fauché manuellement pour remplacer la tondeuse lol. Bah oui, les habitants sont bien contents d’éviter une corvée.
    La consoude très nutritive, les orties séchés (je débrousaille les bords de route avec ma faux lol).
    Nous sommes équipés de toilettes sèches pour l’économie d’eau. Litière Bio maîtrisée et compost en trois ans qui retourne à la terre la quatrième année. Pas besoin de produits chimiques. Là encore, purin d’ortie, purin de consoude. Ça pousse tout seul 😂.
    Chauffage au bois : la semaine prochaine c’est tronçonneuse. Certe, Il faut mettre du mélange mais pas tant que ça (chauffage au fioul beaucoup moins écologique et pas de pétrole pour faire avancer nos chevaux). Nettoyage des bois, tout le bois mort est coupé, fendu et 10 stères fournissent chauffage et eau chaude toute l’année. Et je suis frileuse, j’ai 22 degrés dans le salon quand il gèle dehors.
    Nous avons trouvé lin, chanvre, laine pour faire les vêtements. Artisanal 😁 et cousus main.
    Les vacances ? Pas compliqué. Des chaussures de randonnée, un sac à dos. La marche, c’est bon pour la santé, le bivouac c’est pratique et pour aller plus loin, il y a des trains.
    Notre magasin La Vie Claire nous procure farines (bio), céréales pour le petit déjeuner……
    Un retour au moyen âge ? Pas du tout ! Nous avons quand même électricité, voiture pour les urgences, des livres dans la bibliothèque (pas de télé)…mais une consommation très faible.
    Pas de vaccin, pas d’antibiotiques, pas de cosmétique et en plus je fabrique mes lessives et produits d’entretien 😂😂😂
    Je crois que c’est simple de ne pas tomber dans la consommation excessive. Équilibre et modération sont nos meilleurs amis.

    Aimé par 1 personne

  2. Ouahh, la vous allez bien au bout de la manière de vivre idéale pour la santé et l’écologie, bravo à vous tous, suis impressionnée ! Moi j’en suis à la permaculture, petits commerces de proximité, recuperateur d’eau de pluie pour mes légumes bio, évite tous gaspillages, adore créer à partir de pépins, noyaux, glands, etc…des plantes arbres et fleurs, met des fleurs pour les abeilles et pour le plaisir des yeux etc… donc encore assez loin de votre mode de vie encore 😊mais je fais attention à ne pas nuire trop à la nature! J’avance 😉!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s