Nuage radioactif: la Russie a bien contaminé 14 pays d’Europe, dont la France!

Publié par

Nuage radioactif: la Russie a bien contaminé 14 pays d’Europe, dont la France!

Une concentration extrêmement élevée de ruthénium 106 a été repérée par l’agence de météorologie russe Rosguidromet dans l’Oural./DR
Une concentration extrêmement élevée de ruthénium 106 a été repérée par l’agence de météorologie russe Rosguidromet dans l’Oural./DR

La Russie et son agence de météorologie Rosguidromet ont reconnu ce lundi avoir repéré sur leur territoire une concentration extrêmement élevée de ruthénium 106 probablement à l’origine de la pollution nucléaire qui a contaminé à des degrés divers quatorze pays d’Europe, dont la France.

Dans le cadre de sa mission de surveillance de la radioactivité sur l’ensemble du territoire, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a révélé  jeudi 9 novembre avoir mesuré la présence de ce produit de fission issu de l’industrie nucléaire  dans le sud-est de la France, entre fin septembre et début octobre 2017. Les contacts pris par l’ASN et l’IRSN auprès de leurs homologues européens avaient alors confirmé la détection de ruthénium 106 dans l’air ambiant au cours de la même période dans au moins quatorze pays européens.

Greenpeace va saisir la justice russe

« Le radio-isotope Ru-106 a été détecté par les stations d’observation d’Arguaïach et de Novogorny » entre le 25 septembre et le 1er octobre, a admis l’agence de météorologie russe, précisant « qu’ une concentration extrêmement élevée » de ruthénium-106, « excédant de 986 fois » les taux enregistrés le mois précédent, a été mesurée à Arguaïach ».

Ce village du sud de l’Oural est situé à 30 kilomètres du complexe nucléaire Maïak où s’est produit l’un des pires accidents nucléaires de l’histoire en 1957,  et qui sert aujourd’hui de site de retraitement de combustible nucléaire usé.

Greenpeace Russie a annoncé son intention d’envoyer une lettre au parquet pour demander l’ouverture d’une enquête sur la dissimulation éventuelle d’un incident nucléaire ». L’organisation écologiste a également réclamé à Rosatom, la société d’Etat russe gérant l’activité de toutes les entreprises du secteur nucléaire en Russie, de « mener une enquête approfondie et de publier des données sur les évènements arrivés à Maïak ».

« Les installations nucléaires russes ne sont pas en cause » selon le conglomérat « Rosatom »

Ce mardi cependant, au lendemain des déclarations de l’agence de météorologie Rosguidromet, le conglomérat nucléaire public russe Rosatom a affirmé que la Russie n’a enregistré aucun incident ni panne sur ses installations nucléaires.

« Toutes les unités de puissance des centrales nucléaires russes fonctionnent et fonctionnaient au moment du rejet radioactif en mode d’exploitation normale et conforme au programme de travail. Aucune anomalie n’a été observée sur les équipements du groupe public Rosatom et les règles de sécurité restent parfaitement respectées. La situation radiologique autour de toutes les installations de l’industrie nucléaire de la Fédération de Russie se situe dans la norme et correspond au rayonnement naturel de fond. Les installations de l’industrie nucléaire en Russie ne peuvent pas être considérées comme une source des rejets du Ru-106» a indiqué, pour Rosatom, Alexandra Gladysheva à « La Dépêche du Midi ».

Une origine toujours inconnue

Lorsque la pollution radioactive a été signalée début novembre, les autorités russes ont évoqué la chute accidentelle d’un satellite d’ancienne génération alimenté au ruthénium 106. Une hypothèse peu crédible au regard des concentrations relevées dans l’Oural. A ce jour, les spécialistes croient plutôt à un incident survenu sur le site de Maïak, et que la Russie veut garder secret. Un incident que la France aurait probablement classé 5 sur une échelle de 7, au regard de l’ampleur de la pollution.

« Pas de risque pour la santé »

Cependant, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire français (IRSN) a considéré que « les niveaux de concentration dans l’air en ruthénium-106 qui ont été relevés en Europe et en France sont sans conséquence pour la santé humaine et l’environnement ».

La Russie évoque un complot de la France

Pour un responsable régional russe, l’IRSN aurait accusé la Russie pour aider au développement de l’industrie nucléaire française. « La source de cette information est la France, où un concurrent de notre Maïak recycle des déchets nucléaires. Cela fait réfléchir », a déclaré Evguéni Savtchenko, ministre de la Sécurité publique de la région de Tchéliabinsk, au site Ura.ru. Une mise en cause réfutée catégoriquement par l’IRSN. L’institut « n’a aucun intérêt à intervenir dans des intérêts industriels », a assuré M. Peres de l’IRSN, avant d’ajouter: l’institut a « soumis (ses) calculs à un panel d’homologues étrangers, dont des Russes » et « aucun n’a mis en cause » ses méthodes de calculs.

Publicités

3 comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s