Incroyable, non? Ils nous ont quittés tous les deux avec 24 heures d’écart, deux personnages très appréciés de tous les Français (et de tous les Belges !). Aux antipodes l’un de l’autre, pourrait-on croire… et pourtant, il semblerait que non.. et vous qu’en pensez-vous

Publié par

Johnny Hallyday et Jean d’Ormesson… l’histoire de deux cousins.

Le 11 déc. 2017 par Frédéric Thébault
 

 nous ont quittés tous les deux avec 24 heures d’écart, deIlsux personnages très appréciés de tous les Français (et de tous les Belges !). Aux antipodes l’un de l’autre, pourrait-on croire… et pourtant.

D’un côté l’homme de lettres, Jean D’Ormesson, avec son humour inégalable, ses citations brillantes, son charme, l’homme cultivé qui savait plaire aux gens du peuple, Julien Doré ne s’est-il pas d’ailleurs fait tatouer son nom sur l’épaule ?
De l’autre le rockeur, l’homme du peuple, dont le franc-parler mais bien sûr aussi la musique ou les talents d’acteur plaisaient aussi aux intellectuels… inutile d’évoquer ici tous ceux qui portent son nom ou son visage en tatouages, une multitude !
Des points communs, aussi, jusqu’aux racines familiales, eh oui… car les deux hommes étaient cousins ! Faut-il y voir un signe quelconque du destin ? Peut-être.

Le monde de la généalogie ne pouvait pas mieux faire que de leur rendre un dernier hommage en évoquant leurs racines communes, que nous sommes heureux de vous présenter aujourd’hui.

L’histoire commence il y a un demi-millénaire, loin au XVe siècle, à Namur. C’est là, en plein centre de ce que l’on n’appelait pas encore la Belgique que vivaient Jean de La Malaize, noble seigneur de Dongelberg, de la Malaize et de Lavoir (des communes situées au nord de Namur sur une quarantaine de km), et sa femme, Marie Smaele de Broesberghe.

Le couple eût au moins trois enfants, dont deux, Marie, décédée vers 1508 et Catherine, décédée après 1486, eurent une descendance.

Jean d’O

Catherine épousa Rasse de Corwaren, comte de Niel, dont elle eu un fils homonyme, seigneur du même lieu. Pendant les huit générations qui suivirent, c’est par les épouses que l’on trouve un lien avec Jean d’Ormesson. Celles-ci firent de belles alliances, avec un baron gouverneur et capitaine du duché de Bouillon au nom du prince de Liège, avec les seigneurs de Niel, de Melroy, de Brumagne ou d’Arville, jusqu’au vicomte de Namur d’Elzée, Constant de son prénom, qui naquit en 1790. Celui-ci possédait le château Bayard, à Dhuy, à 15 km au nord de Namur, ou vécut l’arrière-grand-mère de Jean d’Ormesson, Marie. Celle-ci épousa le marquis d’Ormesson, nom hérité du fief de l’actuelle Ormesson-sur-Marne.

Son fils Olivier, marquis lui aussi, fut ambassadeur de France en Belgique et à Saint-Pétersbourg, son petit-fils André, marquis, occupa la même fonction au Brésil, avant de devenir, à la retraite, président-directeur général des Agences maritimes réunies.
Jean Bruno Wladimir François-de-Paule Lefèvre d’Ormesson, plus simplement Jean d’O, fit l’école normale supérieure, avant de devenir Immortel et d’obtenir des prix littéraires.

Johnny

Du côté de Johnny, l’histoire commence avec Marie de la Malaize, qui épousa le seigneur de Wanzennes. Mais dès la troisième génération depuis Jean, le niveau social s’affaiblit légèrement. Marie de Modave, la petite-fille, épouse Pirkin Chestrevin, un bailli (celui de Wasseige), c’est-à-dire celui qui représente le roi dans le bailliage. S’ensuit un fils Guillaume, qui suit presque les traces de son père en devenant le receveur des bailliages de Samson, Beaufort et Wasseige. A la génération suivante, sa fille Antoinette épouse un mambour, que l’on pourrait traduire par trésorier, de l’église de Saint-Quentin. Une petite-fille se marie avec le censier de La Bruyère.

Les générations suivantes se stabilisent au même niveau jusqu’à Antoine Smet (1736-1810) qui est tout de même qualifié d’échevin (magistrat nommé par le seigneur pour rendre la justice sur ses terres). La famille est désormais à Namur ou en banlieue proche (Boninne, Beez).

Au début du XIXe siècle, l’ascendance noble est oubliée : Jean Smet (1771-1848) est ouvrier agricole à Beez, son fils Jean (1812-1888) sera tavernier et vendra des articles de pêche, son petit-fils Antoine (1864-1908) maréchal-ferrant puis “machiniste” à Bruxelles. Le fils d’Antoine, Léon, a fait parler de lui, des articles peu élogieux le qualifiant de “vagabond” ou “d’alcoolique”, sans compter l’abandon de son fils Jean-Philippe à l’âge de six mois, qui deviendra à l’adolescence l’idole des jeunes, puis celle de tous les Belges et Français.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s