Charbon, pétrole, gaz… pourra-t-on un jour se passer des énergies fossiles?

Publié par

Charbon, pétrole, gaz… pourra-t-on un jour se passer des énergies fossiles?

Charbon, pétrole, gaz... pourra-t-on un jour se passer des énergies fossiles?
Charbon, pétrole, gaz… pourra-t-on un jour se passer des énergies fossiles? – © Tous droits réservés
RTBF La Prem1ère

La communauté internationale, Etats-Unis inclus, se retrouve à Bonn (Allemagne) ce lundi pour la COP23. Le but de cette rencontre: avancer sur la mise en oeuvre de l’accord de Paris contre le réchauffement climatique. Le sujet était au coeur du dossier d’Ecomatin sur La Première.

Newsletter 

La combustion des énergies fossiles telles que le pétrole, le gaz ou le charbon, est responsable des trois quarts des émissions de gaz à effet de serre. Le charbon produit beaucoup plus de gaz à effet de serre que le pétrole ou le gaz. Problème : le charbon est une source d’énergie bon marché qui assure 40%de la production d’électricité dans le monde. Difficile donc de s’en passer d’un coup sec.

Passer du charbon au renouvelable, avec l’énergie éolienne ou solaire par exemple, serait le trajet idéal. On opérerait alors « la vraie transition énergétique » selon les mots de Philippe Charlez, auteur du livre « Croissance, énergie et climat : la transition énergétique pourra-t-elle dépasser cette quadrature du cercle ? ». Cet expert ne croit pas à un trajet direct entre le charbon et les énergies renouvelables.

« Soit on diminue les émissions de gaz à effet de serre en allant plutôt vers du nucléaire, mais avec tous les problèmes de sûreté nucléaire que l’on connaît, de déchets radioactifs, le démantèlement des centrales. Soit on accepte notamment […] de s’appuyer sur le gaz avec comme inconvénient une augmentation, au moins temporaire, pas trop importante mais quand même, des gaz à effet de serre« , détaille Philippe Charlez.

Le choix est compliqué et politique. Mais pour Philippe Charlez, le gaz serait le meilleur ami des renouvelables pour favoriser la sortie progressive du charbon dans les pays qui en sont encore très dépendants.

Et la voiture électrique ?

Et du côté du pétrole, l’essor des véhicules électriques permettra-t-il à terme de s’en passer ? A court terme, non. A l’heure actuelle, 93% de l’énergie dépensée dans les transports provient du pétrole. Dans le même temps, on voit se développer une offre de voitures électriques de plus en plus performante. Philippe Charlez, estime qu’elles auront incontestablement un rôle à jouer.

« Je pense vraiment à l’électricité pour tout ce qui est transport urbain, explique-t-il. Ce sera beaucoup plus compliqué sur les transports grande distance. A cause de l’autonomie et surtout de la durée de charge de la voiture. Je pense que sur les longues distances, la voiture thermique a toujours un avenir avec une réduction de la consommation. »

En revanche, Philippe Charlez ne croit pas trop à l’électricité pour faire rouler les camions qui demandent des puissances et des durées de charge beaucoup plus importantes. Il privilégie plutôt le gaz naturel liquéfié. Ce n’est pas de la science-fiction. Le groupe Jost par exemple vient de commander 500 nouveaux camions qui roulent au gaz naturel liquéfié (GNL). Ce carburant pourrait aussi faire fonctionner les bateaux. Pour les avions en revanche, il ne voit pas trop à ce stade par quoi on pourrait remplacer le kérosène.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s