Le Candida Albican et ses Conséquences sur votre Santé! Un ennemi souvent ignoré par les praticiens, et pourtant très largement répandu de part le monde ! D’où peut être de nombreuses erreurs de diagnostic et de traitements! A prendre très au sérieux, ça peut changer radicalement la vie! Voire plus…

Publié par

Le Candida et ses Conséquences sur votre Santé

Candida dans boîte de pétriLe candida-albicans peut causer un grand nombre de problèmes de santé.

Les pathologies liées au candida sont-elles répandues ?

D’après Gill Jacobs, thérapeute américaine, un tiers de la population occidentale souffre de troubles liés au Candida (attention, tous ces troubles, à part le muguet, peuvent-être dus à d’autres causes que le candida), comme par exemple :

  • vaginite
  • muguet (oral ou vaginal)
  • pied d’athlète
  • endométriose
  • acné
  • pellicules
  • maux de tête de type migraine
  • constipation
  • ballonnements
  • allergies
  • sensibilité aux odeurs de produits chimiques, à la fumée de cigarette et assimilés
  • fatigue
  • trous de mémoire, irritabilité, difficultés de concentration, sentiment d’ »irréalité »
  • dépression
  • muscles et articulations douloureux
  • engourdissements et picotements
  • faiblesse musculaire
  • brûlures d’estomac
  • douleurs abdominales
  • diarrhées
  • syndrome de l’intestin irritable
  • syndrome prémenstruel
  • gorge irritée et nez bouché
  • infection récurrente des oreilles (furoncles, oreilles qui coulent, etc.)
  • articulations douloureuses
  • vision floue

Si ces symptômes sont pires dans un environnement humide ou en cas de temps humide, alors la thèse du candida est encore plus probable. Et encore plus si les symptômes s’aggravent après avoir consommé des aliments riches en sucre ou contenant des levures.

Candida : les symptômes locaux apparaissent avant les généraux

Un grand nombre de symptômes locaux peuvent apparaître avant la réaction systémique au candida. Ils sont principalement dus à l’utilisation massive d’antibiotiques, de stéroïdes et à de multiples grossesses. Ces symptômes sont souvent de plus en plus forts, notamment parce que la plupart d’entre-eux sont traités par … des antibiotiques et des stéroïdes (cortisone, etc.).

Les femmes : la cible principale du candida

A votre avis, qui a le plus de chances de souffrir du candida ? C’est une femme, entre la puberté et la ménopause, qui a été exposée à un ou plusieurs des facteurs cités ci-dessus (prise d’antibiotiques, etc.). Elle rencontre très souvent la combinaison de symptômes suivants :

  • infections vaginales
  • ballonnements
  • douleurs vaginales ou abdominales
  • inconfort
  • diarrhées ou constipations
  • troubles mentaux et émotionnels

Malheureusement, cette femme est souvent étiquetée de « névrosée ». C’est un peu la cerise sur le gâteau pour une personne qui perd peu à peu le contrôle de son corps et de son esprit.

La colonisation du système digestif par le candida

Le système digestif et le vagin sont les endroits préférés du candida. Ils sont chauds, humides, et lui donnent accès aux nutriments dont il a besoin. Si les circonstances le permettent, le candida colonise l’ensemble du système digestif, de l’anus à la bouche.

Si le candida arrive jusqu’à la bouche, il arrive que la langue soit « poilue », c’est-à-dire recouverte de blanc ou de jaune. Des dépôts blancs dus au candida peuvent aussi se former aux coins de la bouche et sur les gencives. Ces dernières sont souvent irritées et causent des petits picotements.

Lorsque l’œsophage est colonisé par le Candida, les sensations sont les mêmes que pour des brûlures d’estomac. L’estomac, quand à lui, est trop « acide ». Si le Candida parvient à coloniser les petits et gros intestins, il peut causer des diarrhées, parfois chroniques. Ces dernières sont quelques fois accompagnées de mucus et/ou de sang. Le Candida entraîne souvent des ballonnements et un ventre gonflé, et cause de nombreux gargouillis.

Mais le candida peut aussi causer des constipations. Les personnes dans ce cas souffrent en général d’hémorroïdes et de douleurs au rectum.

Qu’arrive-t’il quand le candida se transforme en mycélium ?

Le candida est un organisme dimorphique. Cela veut dire qu’il change de forme sous certaines conditions. D’une simple levure, il peut se transformer en mycélium. La levure n’a pas de racine, mais le mycélium produit de longues tiges qui ressemblent à des racines, qui peuvent pénétrer la muqueuse des tissus sur lesquels ils croient.

La vitamine B-biotine empêche le candida-albicans de se transformer en mycélium. On la trouve dans les aliments qu’on ingère mais elle est surtout produite par les bactéries amies de l’appareil digestif (chez une personne en bonne santé). Or après un traitement antibiotique, ou quoi que ce soit qui perturbe le fonctionnement du système digestif, les bactéries amies, et notamment le L.acidophilus et le B.Bifidobacterium, ne sont plus capables de produire la biotine. Quand cela arrive, le candida est hors de contrôle et prend une forme de mycélium, plus agressive. Il part alors à l’assaut du reste de l’organisme.

La prise de suppléments de biotine ainsi que l’apport de souches viables de L.acidophilus et de B.Bifidobacterium permettent d’éviter cette transformation. Cependant, une fois que le candida sous forme de mycélium a abîmé la muqueuse de l’intestin, les bactéries amies prises en supplément ont plus de mal à y adhérer. Il faut donc impérativement soigner la muqueuse de l’estomac pendant le traitement mais aussi une fois que le candida est de nouveau sous contrôle.

PERMEABILITE
Guérir de la candidose se fait donc par deux mesures prises en parallèle :

  1. remettre le Candida sous contrôle
  2. soigner la muqueuse de l’estomac

Lorsque le candida sous forme de mycélium envoie des « racines » au travers de l’estomac, il y crée des porosités. L’estomac est alors plus perméable, ce qui permet à certaines substances de passer – alors qu’elles sont bloquées en temps normal par la paroi. Cela permet d’ailleurs au candida-albicans d’envoyer ses toxines directement dans le sang, ce qui marque l’apparition de symptômes généralisés. De grandes molécules de nourriture pas complètement digérée passent aussi par ces porosités. Elles causent ainsi de nombreuses allergies et intolérances alimentaires et surchargent le foie, qui a pour rôle de détoxifier le sang.

ALLERGIES CEREBRALES

Lorsque ces substances atteignent le cerveau, il y a un risque de développement d’ »allergie cérébrale ». Elles causent un grand nombre de troubles de l’humeur et de la personnalité, qui vont de la dépression, l’irritabilité et les sautes d’humeur à des problèmes qui passent au yeux des proches de la personne et des médecins comme des signes de schizophrénie. Ces molécules, venues de l’extérieur, et qui agissent sur les récepteurs du cerveau en produisant des symptômes d’ordre mental et des changements de personnalité, sont appelées « exorphines ». Cela les différencie des endorphines qui sont produites par l’organisme lui-même et qui interviennent notamment dans le contrôle de la douleur.

Ces substances venues de l’extérieur (des protéines pas complètement digérées, par exemple), passent dans le sang en empruntant les chemins ouverts par les racines du candida. Elles causent des dommages considérables sur tous les tissus avec lesquels elles entrent en contact (en dehors du système digestif). Le système immunitaire les identifiera comme étrangères et tentera de les neutraliser.

Si ce processus dure pendant des années, et c’est souvent le cas, l’état du système immunitaire devient encore plus préoccupant. Ce dernier est en effet continuellement sur-sollicité (pensez : à chaque repas, il a une armada de molécules à éliminer). Le fait que le système immunitaire soit continuellement en plein combat cause un grand nombre de symptômes :

  • crises d’asthmes
  • problèmes ORL (sinus, oreilles, etc.)
  • réactions de la peau
  • sensations d’épuisement
  • palpitations
  • gonflements et douleurs articulaires et musculaires

DYSFONCTIONNEMENT DES ORGANES REPRODUCTEURS

Les organes reproducteurs de la femme sont un lieu de développement privilégié pour le candida-albicans. Si ce dernier atteint l’urètre, il peut causer des cystites. Et si, pour une raison ou pour une autre, l’acidité de cette zone change, alors le candida passe d’une forme de levure inoffensive à une forme de mycélium, très agressive. Il s’étendra alors à toutes les zones accessibles depuis le vagin, entraînant des inflammations de l’utérus, des trompes de Fallope et des ovaires. D’autres symptômes peuvent survenir, comme, dans les cas extrêmes, la stérilité ou l’infertilité, mais aussi de fréquentes mictions (le fait d’uriner) associées à des sensations de brûlures et des écoulements fréquents. Il arrive aussi que les personnes souffrent de problèmes menstruels et pré-menstruels.

Ndt : il m’arrive, lorsque j’ai mangé des aliments dont le candida raffole, d’aller uriner 3 à 4 fois en une heure

Qu’en est-il des problèmes pré-menstruels ?

Une étude d’un hopital américain de 1987 a montré l’existence d’une forte corrélation entre les problèmes pré-menstruels et l’activité du candida. 32 femmes souffrant de symptômes pré-menstruels et de candidoses vaginales furent traitées par la combinaison d’un régime excluant les aliments riches en sucre et ceux contenant des levures, et d’une prise de médicaments antifongiques. Leurs symptômes étaient comparés à un autre groupe de femmes ne suivant pas ce programme anti-candida. Les deux groupes avaient déjà suivi un traitement à base de psychothérapie, sans succès.

Les résultats ? Les deux tiers des femmes qui ont suivi un traitement anti-candida ont constaté une amélioration de leur état de santé, mais aucune dans l’autre groupe. En résumé, quand le muguet est associé à des symptômes prémenstruels, le traitement anti-candida permet de traiter les deux pathologies. Et c’est vrai pour de nombreuses maladies.

Le candida, le mental et les émotions

Lorsque des troubles émotionnels et psychologiques surviennent en même temps que les symptômes évoqués ci-dessus, il faut suivre encore plus sérieusement la piste du candida. Ces troubles psychologiques ne sont la plupart du temps que des sentiments d’inaptitude, des difficultés à se concentrer, des trous de mémoire ou des impressions d’épuisement. Tout cela peut entraîner frustration et anxiété.

Mais les symptômes peuvent-être dramatiques. Certaines personnes, chez qui les médecins ont diagnostiqué une schizophrénie, ou une sclérose en plaques, par exemple, souffrent en fait du candida. C’est le cas d’un groupe de 6 femmes suivi par le Dr. Orian Truss, toutes diagnostiquées « schizophrènes ». Le Dr.Truss, après les avoir guéries grâce à un régime anti-candida, se posa la question suivante :

  • Est-ce que le candida, par son activité, favorise l’apparition de ces maladies, ou est-ce que les symptômes causés le candida sont très proches de ceux de ces maladies ?

La deuxième hypothèse est en fait la plus plausible. Et les symptômes sont si proches que la plupart des médecins se font avoir et font le mauvais diagnostic. De fait, le candida-albicans provoque un grand nombre de troubles qui peuvent ressembler à une multitude de maladies. Et comme tous les cas sont différents, il n’est pas toujours évident d’identifier la levure/mycélium.

Le candida et le syndrome de fatigue chronique (SFC)

Un grand nombre de patients souffrant du syndrome de fatigue chronique ont une surcroissance du candida. Et la plupart du temps, c’est la cause principale de la fatigue.

Ainsi, dans son article du 1er juin 1986 dans The Observer, Sue Finlay, à qui les médecins avaient diagnostiqué le SFC, explique qu’elle pouvait à peine se lever de son lit, qu’elle pleurait toute la journée et qu’elle avait des tendances suicidaires. C’est après avoir insisté auprès de son médecin pour qu’il lui prescrive de la nystatine qu’elle eu un petit regain d’énergie et que le sentiment d’avoir été empoisonnée la quitta.

Après quelques mois de traitement et des améliorations variables, elle tomba sur le livre de Leon Chaitow, Candida albicans : could yeast be your problem ?. Elle suivit alors un régime anti-candida radical en supprimant le pain, les champignons, le thé, l’alcool, le vinaigre, le café et le chocolat de son alimentation. Pour elle, c’était clair, ces aliments favorisent la croissance du candida. Elle se mit aussi aux compléments alimentaires pour renforcer son système immunitaire, à l’huile d’olive et à l’ail pour attaquer la levure, et à la poudre de L.acidophilus pour combler l’espace laissé par le candida. Elle fit bien attention à manger des légumes en abondance, des salades, des céréales complètes et des fruits.

Ndt : Dans certains cas de candidose, il faudra complètement supprimer les fruits. C’est à vous de tester leur effet sur votre organisme en suivant le protocole pour les aliments contenant des levures, que vous trouverez dans l’article sur le Candida et les prédispositions génétiques.

Grâce à ce régime, Sue Finlay fut peu à peu capable de marcher plus d’un kilomètre d’affilée sans s’effondrer, et même de jardiner à nouveau. Un cas de candidose très avancée, en somme. Dans son livre, Leon Chaitow veut que les patients souffrant de SFC (et leurs médecins) comprennent que tout n’est pas psychologique. La fatigue chronique est plus susceptible de causer une dépression que l’inverse. Cette dernière est d’ailleurs souvent causée par un système immunitaire affaibli par le candida. Il ajoute que Sue Finlay fait une petite erreur en disant que les levures nourrissent le candida. En fait, les aliments dérivés des levures ou contenant des moisissures ne font qu’irriter l’organisme sensibilisé par le candida-albicans (fait démontré par des chercheurs en 1983). Ils affaiblissent ainsi le système immunitaire ce qui favorise la croissance du candida. Leur influence est donc indirecte, contrairement aux autres aliments cités.

Comprendre le candida

On ne sait pas encore tout du candida et des affections qui y sont liées. Il reste encore un gros travail de recherche sur le sujet. Ce qu’on sait, par contre, c’est que quand l »histoire » médicale et les symptômes du patient suggère l’implication du candida, il doit impérativement suivre le programme anti-candida. Et ce, quelque soit le dernier diagnostic (cf. les 6 femmes schizophrènes). Après tout, le programme est sans danger et améliore la santé de tous ceux qui le suivent.

Et si tout cela n’était que dans votre tête ?

Les symptômes d’une surcroissance du candida se rapprochent parfois de ceux de maladies dites « psychosomatiques ». Certains médecins (plus qu’on ne le croit) utilisent ce terme pour ne pas avoir à admettre qu’il n’ont pas trouvé la cause des symptômes. Mais appeler ces troubles « psychosomatiques » ou « fonctionnels » peut, lorsque plusieurs médecins leurs font ce diagnostic, faire croire aux patients qu’ils sont mentalement déséquilibrés. Dans ce cas, le candida n’est pas pris en compte, et le muguet, lorsqu’il fait partie des symptômes, est considéré comme négligeable, ne valant pas la peine d’être intégré dans les investigations. Les patients souffrant de fatigue chronique (SFC) ont souvent du mal à laisser passer ce type de diagnostic, et insistent en général pour se faire prescrire des tests complémentaires.

Il y a toutes les raisons de croire que les problèmes de surcroissance du candida sont répandus dans notre société moderne. L’utilisation de médicaments comme les antibiotiques (souvent prescris de bonne foi pour traiter des symptômes spécifiques) et des habitudes alimentaires plus adaptées au candida qu’à l’hôte dans lequel il croît lui laissent le champ libre. Les questionnaires suivants vous permettront de déterminer si oui ou non le candida est la cause majeure de vos problèmes. Attention cependant, la plupart des symptômes qui y sont décrits peuvent-être causés par d’autres maladies. Mais si vous souffrez de symptômes de la liste 2 (en combinaison avec les symptômes à la fin du questionnaire), et que vous parvenez à les lier à des facteurs de la liste 1, il y a de grandes chances que vous souffriez de candidose avancée.

Questionnaire dépistage du candida

Le questionnaire suivant vous aidera pour savoir si le Candida albicans est une cause majeure de vos problèmes de santé. Notez cependant qu’il ne constitue pas un diagnostic et ne vous dispense pas de consulter un médecin. Il a pour but de vous aider à savoir si vous devriez suivre un régime anti-candida.

Etape 1 : historique de l’utilisation de médicaments et des grossesses

  1. Avez-vous déjà suivi un traitement antibiotique pendant huit semaines ou plus, ou plusieurs petits traitements, quatre fois ou plus en un an ?
  2. Avez-vous pris des antibiotiques pour traiter votre acné pendant quatre mois ou plus de façon continue ?
  3. Avez-vous déjà pris un traitement à base de stéroïdes, comme la prednisone, la cortisone ou l’ACTH ?
  4. Avez-vous déjà utilisé des contraceptifs hormonaux pendant un an ou plus ?
  5. Avez-vous déjà pris des immunosuppresseurs ?
  6. Avez-vous déjà été enceinte plus d’une fois ?

Etape 2 : bilan des symptômes majeurs

  1. Avez-vous eu, ou avez-vous en ce moment, des cystites, vaginites ou problèmes de prostate récurrents ?
  2. Souffrez-vous d’endométriose (douleurs chroniques dans le bas ventre) ?
  3. Avez-vous eu du muguet (oral ou vaginal) plus d’une fois ?
  4. Avez-vous déjà souffert du pied d’athlète ou d’une infection fongique des ongles ou de la peau ?
  5. Avez-vous du mal à supporter les vapeurs de produits chimiques, les parfums, ou la fumée de cigarette et assimilés ?
  6. Vos symptômes sont-ils pires après avoir consommé des aliments sucrés ou fermentés ?
  7. Souffrez-vous d’allergies ou d’intolérances alimentaires ?
  8. Avez-vous régulièrement le ventre gonflé, des gaz, diarrhées ou constipations ?
  9. Souffrez-vous du syndrome pré-menstruel ? (y compris la rétention de fluide et l’irritabilité)
  10. Souffrez-vous de dépression, de léthargie, d’irritabilité, d’une mauvaise mémoire, de fatigue intense ou de sentiments d’irréalité ?
  11. Êtes-vous accroc aux aliments sucrés, au pain ou à l’alcool ?
  12. Souffrez-vous de nombres douleurs et inflammations musculaires et articulaires ?
  13. Avez-vous des écoulements vaginaux, des irritations et/ou des douleurs au rectum ?
  14. Souffrez-vous d’impuissance ou d’un manque de désir sexuel ?

Bilan : avez-vous un problème de candida ?

Le candida est probablement une cause majeure de vos problèmes de santé si :

  • Vous avez répondu oui une fois ou plus aux questions de la liste 1
  • Vous avez répondu oui à deux ou plus des questions de la liste 2
  • Vous souffrez aussi d’un ou plusieurs des symptômes suivants :

Liste de symptômes « mineurs » :

  • Symptômes aggravés dans un environnement humide et les jours d’humidité
  • Somnolence permanente
  • Problèmes de coordination
  • Manque de concentration
  • Maux de tête
  • Changements d’humeur
  • Pertes d’équilibre
  • Rougeurs
  • Reflux
  • Mucus dans les selles
  • Mauvaise haleine
  • Bouche ou gorge sèche
  • Écoulement post-nasal (glaires)
  • Congestion des sinus
  • Irritabilité
  • Oreilles irritées ou « qui coulent »
  • Brûlures d’estomac et/ou indigestions

Quelques-unes des pathologies potentiellement mortelles liées au candida-albicans

Nous allons parler de la symbiose mortelle qui peut exister entre le staphyloccocus aureus (staphylocoque doré) et le candida-albicans.

Commençons à parler des maladies dues au s.aureus. Chez un individu en pleine santé, le s.aureus est présent dans l’organisme et est contrôlé naturellement par les bactéries amies comme le lactobacillus acidophilus.

LE SYNDROME DU CHOC TOXIQUE (S.C.T)

Ce syndrome apparaît principalement chez les jeunes femmes (95% des cas). Les symptômes apparaissent autour du 5e jour des règles. Ils incluent des rougeurs généralisées, de la fièvre, des diarrhées très liquides, des vomissements, la gorge irritée, des maux de tête et des douleurs musculaires. Des morceaux de peau peuvent se décoller (desquamation), les reins peuvent-être touchés, et il est fréquent que des complications respiratoires et cardiaques surviennent. Un malade sur 10 meurt de ce syndrome.

Ce sont les toxines produites par le s.aureus qui produisent tous ces symptômes, et peuvent conduire à la mort.

QUEL EST LE LIEN ENTRE LE CANDIDA ET LE S.AUREUS ?

Suite à une série d’expériences, de Dr.Eunice Carlson, de l’Université du Michigan, affirme :

Le candida amplifie fortement la virulence du s.aureus. Mais la raison reste un mystère. Une des hypothèses les plus probables est que le candida affaiblit les parois des organes avec lesquelles il entre en contact. Cela permet alors aux microbes et autres substances chimiques (comme les toxines) d’y pénétrer plus facilement.

Cette hypothèse est en effet très plausible puisque nous savons que le candida rend la paroi de l’estomac poreuse, lorsqu’il se transforme de levure en mycélium. Le Dr.Carlson conclut d’ailleurs :

Les médecins constatent de plus en plus que les traitements anti-candida permettent de soigner des pathologies très diverses.

Le monde médical sait désormais que le candida-albicans joue un rôle clé dans un grand nombre de maladies, et pas seulement par les toxines qu’il produit, mais aussi parce qu’il favorise l’action d’autres microbes.

LE CANDIDA ET LES MALADIES CHRONIQUES

Nous l’avons vu précédemment, le Dr.Truss parlait de patients ayant guéri de sclérose en plaque et de schizophrénie, par un traitement anti-candida. D’autres médecins ont mis en évidence les liens entre le candida et d’autres maladies chroniques.

Un chercheur anglais, Sheridan Stach, a prouvé que 90% des patients souffrant de candidose souffraient de dysfonctionnements de la thyroïde. Cela peut entraîner des sécrétions hormonales inadéquates (ou empêcher les hormones d’agir normalement). Cela cause des symptômes comme la dépression, la fatigue extrème, la prise de poids, la peau sèche ou la sensibilité au froid.

Stach a aussi mis en évidence l’activité du candida chez des enfants souffrant d’hyperactivité. Ces enfants ont d’ailleurs souvent été exposés aux antibiotiques tôt dans leur vie, et leurs mères ont généralement eu plusieurs candidoses vaginales, et notamment pendant leur grossesse. Ces famille ont en général de faibles revenus, et les enfants consomment beaucoup d’aliments riches en sucre et en carbohydrates raffinés.

La plupart des personnes souffrant du SIDA ou d’autres affections du système immunitaire souffrent de surcroissance du candida.

Le Dr. Nadia Coater, expert britannique du cancer, a même émis l’hypothèse suivante : le cancer ne peut se développer dans l’intestin grêle à moins que le Candida ait rendu sa muqueuse hyper-poreuse, permettant le passage de déchets nocifs.

Ce post fait partie d’une série inspirée et adaptée de Candida Albicans: The Non-drug Approach to the Treatment of Candida Infection, écrit par Léon Chaitow, naturopathe, ostéopathe et acupuncteur Américain.

Pour accéder aux autres articles, c’est ici :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s