Canada : Quarante ans après les expériences de lavage de cerveau… Des révélations de torture mentale sur des centaines de patients canadiens sont apparues à la fin des années 1970 et ont ensuite fait l’objet de quatre documentaires de Fifth Estate exposant le rôle de la CIA et du gouvernement fédéral dans le financement d’expériences de lavage de cerveau!

Publié par

Canada : Quarante ans après les expériences de lavage de cerveau…

Publié par Brujitafr sur 20 Février 2018, 08:52am

Catégories : #ACTUALITES#POLITIQUE#Nouvel Ordre Mondial

le gouvernement Trudeau continue de faire taire les victimes, selon un avocat de l’une des familles

Canada : Quarante ans après les expériences de lavage de cerveau...
Alan Stein, qui a représenté de nombreux survivants qui étaient autrefois des patients à l’Institut Allan Memorial de Montréal, a déclaré que l’ordonnance de bâillon du ministère de la Justice avait pour but d’éviter la responsabilité et d’éviter d’indemniser davantage de victimes et leurs familles.

Cet article vous a intéressé ? Moins de Biens Plus de Liens ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

M. Stein a déclaré à CBC News que les gouvernements fédéraux successifs ont exigé des ententes de confidentialité dans au moins cinq des cas qu’il a réglés au cours des dernières décennies.

« Si elles n’avaient pas été confidentielles et que les règlements avaient eu la publicité qu’ils auraient dû avoir, beaucoup de victimes se seraient présentées et seraient allées devant les tribunaux », a-t-il dit.

Le discret paiement de non-divulgation du gouvernement Trudeau en mars 2017 à la fille d’une victime décédée n’est que le dernier développement d’un scandale vieux de plusieurs décennies où la CIA et le gouvernement canadien ont financé des expériences scientifiques brutales sur des patients sans méfiance. 

« Ils ne veulent pas avoir à faire face à plus de demandes », a déclaré M. Stein à propos de l’exigence du gouvernement que les détails du règlement soient gardés confidentiels et hors de la vue du public.

La cliente de Stein, Alison Steel, fille de la victime Jean Steel, croit également que la clause de confidentialité imposée par le ministère de la Justice limitait la possibilité que de futures victimes se présentent.

« Pourquoi d’autres le feraient-ils? » dit-elle. « Cela m’a rendue nerveuse… même parler à n’importe quel média. » 

Des révélations de torture mentale sur des centaines de patients canadiens sont apparues à la fin des années 1970 et ont ensuite fait l’objet de quatre documentaires de Fifth Estate exposant le rôle de la CIA et du gouvernement fédéral dans le financement d’expériences de lavage de cerveau. 

Au centre de la controverse, le Dr Ewen Cameron, un psychiatre respecté et premier directeur de l’Institut Allan Memorial, l’établissement psychiatrique de l’Université McGill [Montréal] où les expériences de lavage de cerveau ont eu lieu de 1950 à 1965.

Cameron, qui était également co-fondateur de la World Psychiatric Association, a mené des expériences appelées «psychic driving» et «depatterning» qui tentaient d’effacer les souvenirs d’un patient et de les reprogrammer avec de nouvelles pensées.

Le gouvernement fédéral a fourni à Cameron plus de 500 000 $ entre 1950 et 1965 – 4 millions de dollars d’aujourd’hui – avec un financement moindre de la Central Intelligence Agency des États-Unis, en utilisant une organisation appelée la Society for the Investigation of Human Ecology.

À ce jour, ni la CIA ni le gouvernement canadien ne s’est excusé pour son rôle dans ces expériences. 

«Le gouvernement du Canada devrait reconnaître sa responsabilité juridique, ce qu’il n’a jamais fait», a déclaré M. Stein au Bob McKeown de The Fifth Estate.

C’est seulement après que la journaliste d’investigation Elizabeth Thompson de CBC News a découvert cet automne que le nom du client de Stein avait été révélé.

La ministre fédérale de la Justice, Jody Wilson-Raybould, a décliné une demande d’entrevue après qu’un porte-parole eut mentionné des problèmes d’horaire et des préoccupations au sujet des «clauses de non-divulgation» imposées par le ministère de la Justice.

Alors que Stein ne peut pas parler des détails derrière le règlement pour Steel, il vient des années après de nombreuses tentatives par le père de Steel pour obtenir une compensation pour les souffrances inutiles de son épouse Jean.

Dans les années 1990, le gouvernement fédéral a rejeté sa demande, citant l’absence de preuve que Jean Steel avait été suffisamment endommagé pour atteindre un «état d’enfant» – une condition pour un plan de paiement du gouvernement fédéral.

Ce n’est que récemment qu’Alison Steel a reçu des dossiers médicaux pour sa mère dans le cadre d’une demande d’accès à l’information présentée au ministère de la Justice, qui fournissait une preuve détaillée qu’elle pouvait utiliser pour présenter une demande.

Le gouvernement fédéral a bloqué le recours collectif 

Les enregistrements montrent que la mère de Steel était l’un parmi des centaines de cobayes humains dans les expériences extrêmes de Cameron.

En février 1957, Jean Steel arrive à l’Institut Allan Memorial avec un grave cas de dépression post-partum. Elle a séjourné dans et hors de l’hôpital psychiatrique pendant plus de trois ans.

Les patients ont reçu du LSD et d’autres médicaments expérimentaux, soumis à des traitements de choc intensifs et placés dans des comas induits par la drogue où ils dormaient pendant des semaines.

Ils ont été obligés d’écouter des messages enregistrés en boucle pendant des heures et même pendant qu’ils dormaient.

(…)

Aucun des patients n’a donné son consentement ou savait qu’ils étaient utilisés par la CIA, et le docteur Cameron pour une recherche financée par le gouvernement fédéral. Au lieu de cela, on leur a dit à tort que leurs traitements étaient médicalement nécessaires pour leur propre bien-être.

Au début des années 1990, le gouvernement fédéral a indemnisé 77 victimes, mais en a refusé plus de 250 parce qu’elles n’avaient pas été suffisamment torturées, parce qu’elles avaient appliqué trop tard ou parce qu’elles ne pouvaient pas produire de dossiers médicaux. 

Stein a représenté des individus survivants depuis lors, dans certains cas avec succès contre le rejet initial des revendications du gouvernement.

Une affaire réussie, impliquant la survivante Janine Huard en 2004, est arrivée avec une pilule difficile à avaler – afin de régler son propre procès, Stein a été forcé d’abandonner un recours collectif.

Huard était parmi les neuf victimes à recevoir une indemnisation de la CIA en 1988, mais elle a été rejetée dans une demande au gouvernement canadien. Elle a engagé Stein pour se battre pour une révision de cette décision et avait également voulu être autorisée à intenter un recours collectif en son nom.

Enfants des survivants touchés 

M. Stein a déclaré que le gouvernement fédéral est bien conscient que la plupart des victimes et leurs familles n’ont pas les ressources pour lancer des poursuites individuelles contre le gouvernement pour la torture mentale subie par leurs familles.

« Le gouvernement a des poches profondes, ces personnes n’ont pas de poches profondes », a déclaré Stein.

La mère de Diane McIntosh, Hélène, a passé deux ans à l’intérieur et à l’extérieur du l’Allan Memorial. Elle souffrait de dépression post-partum après la naissance de son deuxième enfant et était généralement déprimée parce que son mariage ne fonctionnait pas.

« Je pense qu’il est incroyable qu’ils se donnent le droit d’influencer la vie de quelqu’un de cette façon », a déclaré McIntosh, qui vit maintenant en Colombie-Britannique. 

« Ils ont dû savoir que ces expériences extrêmes auraient des effets durables, ils n’ont pas seulement changé quatre années de leur vie, ils ont changé toute leur vie. » 

McIntosh se demande également pourquoi le gouvernement n’a pas indemnisé toutes les personnes touchées – y compris les jeunes enfants dont les parents n’ont jamais été pareils après avoir été soumis à des expériences de lavage de cerveau.

« Je pense qu’un très bon cas pourrait être fait: il est insensé que vous puissiez emmener une mère loin de ses enfants et lui gâcher la vie et que d’autres personnes ne seront pas touchées. » 

McIntosh a dit qu’elle n’oubliera jamais le jour où, à l’âge de cinq ans, elle est allée rendre visite à sa mère à l’hôpital.

« Quand nous sommes arrivés là, l’endroit était comme une scène de « Vol au-dessus d’un nid de coucou », a-t-elle dit. « Il y avait des gens qui se cognaient la tête contre les murs et qui parlaient d’une voix monocorde et ma mère était assise là complètement droguée et, même enfant, je savais qu’elle n’avait pas sa raison. » 

Source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s