Le renseignement britannique soupçonné d’espionnage contre l’UE, La présentation en question contiendrait des évaluations économiques «très négatives» du projet britannique de rester dans le marché unique européen seulement pour les biens physiques et d’en sortir pour les autres domaines… facile, non? Pourquoi la FRANCE ne pourrait pas faire de même alors?

Publié par
Brexit (image d'illustration)

Le renseignement britannique soupçonné d’espionnage contre l’UE dans le cadre du Brexit

© AFP 2018 JUSTIN TALLIS
INTERNATIONAL

URL courte
2415

De hauts fonctionnaires bruxellois sont inquiets après que Londres a pris possession de documents importants sur le Brexit dans les heures suivant leurs présentations à Bruxelles, venant à se demander par quels moyens cela a été rendu possible.

Les services secrets britanniques sont soupçonnés par des fonctionnaires de l’UE de les avoir espionnés. L’hypothèse a été soumise après que le Royaume-Uni a obtenu des documents sensibles concertant le Brexit seulement quelques heures après leur présentation en réunion le 5 juillet à Bruxelles, écrit The Daily Telegraph.

Selon une source du quotidien, Sabine Weyand, l’adjointe du négociateur en chef en charge du Brexit pour l’UE, Michel Barnier, aurait dit aux fonctionnaires participant à la réunion du «Groupe de travail Article 50» du Conseil européen qui s’est tenue le 13 juillet que le renseignement britannique aurait pu infiltrer leurs réunions.

Sinon, il est difficile d’expliquer comment les négociateurs britanniques ont pris connaissance du contenu de cette présentation «politiquement explosive» transmise aux fonctionnaires européennes, le 5 juillet, soit un jour avant que Theresa May ne convoque son gouvernement pour les pourparlers de Chequers sur le Brexit.

La présentation contiendrait des évaluations économiques «très négatives» du projet britannique de rester dans le marché unique européen seulement pour les biens physiques et d’en sortir pour les autres domaines.

Quoiqu’il en soit, dans les heures qui ont suivi la présentation, Londres avait fait pression «au plus haut niveau» pour empêcher la Commission européenne de dévoiler les slides de la présentation, qui auraient pu être interprétées comme une attaque préventive contre le projet de Theresa May.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s