La vérité est ailleurs

EN DIRECT Gilets jaunes : 20 000 manifestants ce lundi, des dépôts de carburant bloqués

Le mouvement du week-end se poursuit en ce début de semaine. Photo AFP

Le mouvement du week-end se poursuit en ce début de semaine. Photo AFP

LE POINT CE LUNDI APRÈS-MIDI

– Depuis samedi, les gilets jaunes, un mouvement auto-organisé sur les réseaux sociaux, appellent à bloquer le pays via des barrages plus ou moins filtrants. Partie de la grogne contre les prix du carburant, la colère vise désormais l’ensemble de la politique du président Macron.

– Samedi, 287 700 personnes selon le ministère de l’Intérieur se sont mobilisées sur environ 1 500 points de blocages, contre dix fois moins le lendemain. Mais le mouvement se poursuit ce lundi, avec des dépôts pétroliers bloqués et de nombreux barrages sur les routes.

– Dimanche soir, le Premier ministre Édouard Philippe a dit entendre « la colère » mais a insisté sur la détermination du gouvernement à garder le cap en matière de fiscalité écologique.

– Le ministère de l’Intérieur a fait état de 20 000 manifestants en 350 endroits ce lundi après-midi.

19h20 : Un «gilet jaune» a été condamné lundi à quatre mois d’emprisonnement avec sursis pour «rébellion», «outrage» et «menaces» envers deux gendarmes, après avoir participé samedi à une action à Loudéac (Côtes-d’Armor).

Jugé selon la procédure de reconnaissance préalable de culpabilité à l’issue de sa garde à vue, le suspect a également écopé d’une obligation d’accomplir 40 heures de travaux d’intérêt général.

Deux gendarmes de la brigade motorisée avaient été blessés samedi lors de l’interpellation de ce «gilet jaune» sur un rond-point de Loudéac. Mais celui-ci n’était «pas poursuivi pour des actes de violence volontaire», a précisé le parquet.

19h14 : Un «gilet jaune» a été arrêté et placé en garde à vue après avoir frappé lundi après-midi un lieutenant de gendarmerie à Viry-Noureuil (Aisne).

Vers 16 heures, ce lieutenant, qui était en service et occupé à un travail de sécurisation de la zone, «est descendu de son véhicule pour retirer une barrière et pouvoir passer», à proximité d’un rond point tenu par des «gilets jaunes», ont expliqué à l’AFP des gendarmes de l’Aisne.

«Il a été pris à partie par un gilet jaune qui lui a mis un coup de poing au visage. Le lieutenant a été hospitalisé pour des examens ».

18h57 : Quatre mois ferme pour un gilet jaune

Un homme a été condamné ce lundi à Strasbourg à quatre mois de prison ferme, raconte les Dernières Nouvelles d’Alsace.

Cinq personnes avaient formé une chaîne humaine sur l’autoroute A35 samedi soir à Strasbourg. Quatre d’eux, deux femmes et deux homme, ont été remis en liberté samedi soir après leur garde à vue et sont convoqués devant la justice en février 2019 pour mise en danger d’autrui et d’entrave à la circulation.

Le dernier protagoniste a été déféré dimanche devant le parquet de Strasbourg et avait été incarcéré en attente de sa comparution immédiate lundi. Il comparaissait lui pour mise en danger d’autrui, entrave à la circulation et rébellion.

Le parquet avait requis six mois ferme et il a finalement été condamné à quatre mois de prison ferme, sans maintien en détention et il a été relaxé pour la rébellion.

Près d'un dépôt, à La Rochelle. Photo Xavier LEOTY / AFP

Près d’un dépôt, à La Rochelle. Photo Xavier LEOTY / AFP

18h36 : Une altercation a éclaté ce lundi midi à Arras (Nord), raconte la Voix du Nord. Un automobiliste, lassé d’attendre devant un barrage filtrant, est sorti de sa voiture et a agressé deux femmes qui portaient un gilet jaune.

L’une d’entre elles est tombée et s’est blessée au poignet, avant d’être transportée à l’hôpital d’Arras. Le conducteur a lui été interpellé et placé en garde à vue pour violences sans circonstance aggravante, avant d’être remis en liberté, dans l’atteinte d’une convocation au commissariat.

18h23 : Quelque 680 tonnes de clémentines corses étaient bloquées lundi dans des camions en région PACA par le mouvement des gilets jaunes, entraînant l’arrêt de la récolte dans l’île de Beauté, a indiqué à l’AFP Simon-Pierre Fazi, président de l’AOP Fruits de Corse.

Face à cette situation, «on a pris ce matin la décision d’arrêter de ramasser jusqu’à nouvel ordre parce que les fruits sont mieux sur les arbres que sur les routes dans les camions», a ajouté le président de l’ »AOP Agrumes et autres fruits produits en Corse», qui regroupe les 170 producteurs corses de clémentines reconnues par l’Appellation d’origine protégée nationale (AOPN pour la section agrumes).

17h54 : Un homme a été mis en examen pour «violences avec armes ayant entraîné une ITT de plus de huit jours» après avoir blessé un «gilet jaune» samedi à Arras, a-t-on appris lundi de source judiciaire.
Samedi vers 10 heures, ce jeune conducteur «a avancé et a paniqué car il avait un problème personnel qui justifiait qu’il se déplace», a expliqué le parquet d’Arras. La personne blessée souffre d’une double fracture ouverte du tibia, d’après la même source.

17h : Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, s’exprimera sur le suivi des gilets jaunes à 19h depuis l’Hôtel de Beauvau où il tiendra une conférence de presse.

Invité du JT de 20h de TF1, Laurent Wauquiez devrait lui aussi s’exprimer sur le mouvement.

LE PATRONAT APPELLE LES «GILETS JAUNES» À NE PAS «BLOQUER» L’ÉCONOMIE

Des organisations professionnelles et patronales ont appelé lundi à l’ »apaisement» dans le conflit opposant les «gilets jaunes» au gouvernement, estimant que l’ »exaspération» des manifestants ne devait pas conduire à un «blocage de l’économie».

«Nos entreprises sont totalement concernées par la hausse des prix des carburants et je comprends le mécontentement exprimé par les +gilets jaunes+», a assuré dans un communiqué le président de l’Union des entreprises de proximité (U2P), Alain Griset.
«Néanmoins le pire serait d’organiser un blocage de l’économie et d’aggraver la situation générale», a ajouté le responsable patronal, appelant à «cesser toute action de blocage qui conduirait à mettre en danger nos entreprises».

Un chiffre d’affaires en chute libre

Les blocages ne sont pas «sans conséquence» pour «le monde économique», a estimé de son côté la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), regrettant que les entreprises «fassent les frais d’une situation dont elles ne sont en rien responsables».

Un message relayé par le Conseil du commerce de France (CDCF), qui a demandé au gouvernement dans un communiqué de «rétablir l’accès aux commerces», «particulièrement impactés» par les «désordres» liés aux manifestations.

D’après le cabinet Nielsen, les hypermarchés et supermarchés ont vu samedi leur chiffre d’affaires baisser de 35% en moyenne, en raison des fermetures de points de vente et du blocage des accès à certains magasins.

16h : Le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy, en voyage à Pékin pour inaugurer l’année franco-chinoise de l’environnement, a réagi sur les gilets jaunes ce lundi.

« Il y a une colère d’un certain nombre de gens. Une colère, des inquiétudes, un ras-le-bol de certaines choses, qui dépassent de très loin la question de la taxe carbone. Ça, on l’entend », a-t-il déclaré.

Il a toutefois répété qu’il n’abandonnerait pas l’augmentation de la taxe carbone « à la première difficulté » constituée par les « gilets jaunes » et a dénoncé la « démagogie » des « irresponsables politiques ».

A Frontignan (Hérault) ce lundi. Photo Pascal GUYOT/AFP

A Frontignan (Hérault) ce lundi. Photo Pascal GUYOT/AFP

15h15 : Un homme qui a renversé deux manifestants ce samedi, sur la départementale entre Beaucaire et Tarascon, a été interpellé, nous apprend France 3. Il sera jugé le 30 janvier 2019.

De même, à Grasse (Alpes-Maritimes), un homme doit être jugé ce lundi après-midi en comparution immédiate. Il est accusé d’avoir renversé un policier ce samedi matin en forçant un barrage. Il avait roulé plusieurs mètres avec le fonctionnaire de police accroché au capot, relate 20 Minutes.

14h47 : Un chanteur breton, Monsieur Seby, a composé une chanson pour les gilets jaunes. Postée sur Facebook, sa vidéo a déjà été vue plus 1,8 million de fois.

14h36 : « On reviendra », assurent des gilets jaunes, à Bordeaux, délogés du pont d’Aquitaine qu’ils occupaient depuis trois jours. Les CRS ont rétabli ce lundi dans les deux sens la circulation sur ce pont enjambant la Garonne.

14h32 : Deux femmes gilets jaunes ont été agressées par un automobiliste ce lundi à Arras. L’une d’elles, qui a chuté après avoir été bousculée, a été hospitalisée, selon La Voix du Nord.

14h24 : La situation se tend à La Réunion. Depuis samedi, l’île connaît des pillages et des scènes de violence. Plusieurs gendarmes ont été blessés et une concession automobile, un magasin et des voitures ont été incendiées, relate La 1ère.

La préfecture a demandé des renforts tandis que la ministre de l’outre-mer Annick Girardin a appelé au calme.

De nombreuses écoles restent fermées ce lundi en raison des blocages et des débordements.

13h43 : Plus d’un million de tweets ont été échangés ce week-end autour de la mobilisation des «gilets jaunes», mouvement initié sur les réseaux sociaux hors des syndicats et partis politiques qui a également dopé l’audience des chaînes d’info: selon un décompte de Visibrain, 1 099 090 tweets, notamment autour des hashtags #giletsjaunes ou #17novembre, ont été publiés ce week-end.

Environ un tweet sur six interpelle directement le président Macron. Les détracteurs du mouvement se sont également exprimés sur le réseau social, le hashtag #SansMoile17 générant 22150 tweets ce week-end.

13h21 : Depuis la Belgique, où il est en visite d’État, Emmanuel Macron refuse de réagir au mouvement des gilets jaunes, qui n’est pas l’objet de sa visite. « Je réagirai en temps voulu », a-t-il déclaré.

12h15 : Laurent Berger dénonce un « totalitarisme » des gilets jaunes.

Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger dénonce les barrages des gilets jaunes: « Il y a un certain nombre de pratiques qui ont eu lieu ce week-end qui sont inquiétantes », a-t-il déclaré sur RTL. « Moi j’ose le dire, tant pis si cela ne plait pas: qu’on soit « obligé d’être d’accord avec ceux qui manifestent pour pouvoir passer, c’est une forme de totalitarisme qui n’est pas acceptable. »

11h44 : Les routiers ne rejoindront pas le mouvement des gilets jaunes.

Les transporteurs routiers ne veulent pas être associés au mouvement des gilets jaunes, assure la ministre des Transports Élisabeth Borne: « On a rediscuté ce matin avec toutes les organisations de transport routier, elles ne souhaitent pas renter dans ce mouvement », a-t-elle indiqué, en déplorant que des poids lourds soient bloqués par les gilets jaunes.

11h35 : Deux appels à manifester « à pied, à cheval ou en voiture » pour « bloquer » Paris samedi 24 novembre dans le cadre du mouvement des « gilets jaunes » sont largement relayés sur Facebook.

10h45 : Outre les drames physiques, de nombreux dérapages racistes ou homophobes ont émaillé les manifestations ce week-end.

-Dans l’Ain, un élu municipal de Bourg-en-Bresse a été victime d' »une violente agression » alors qu’il se rendait au supermarché avec son compagnon. Le couple a été sorti de la voiture, insulté et frappé. La voiture a été dégradée. Une plainte a été déposée.

-Dans l’Aisne, une conductrice voilée s’est vue « retirer son voile », selon le Courrier picard. Plusieurs individus ont d’abord mis leurs gilets jaunes sur leurs têtes « pour mimer le voile islamique, insulter l’automobiliste et lui faire des grimaces de singe ».L’organisateur local de la manifestation s’est dit scandalisé par cet événement.

-À Cognac (Charente), une automobiliste automobiliste noire a été la cible de violents propos racistes. Devant ses enfants, la jeune femme a reçu une bordée d’injures: « Retourne chez toi, retourne dans ton pays », « Dégage » ou encore « Casse-toi pouffiasse ! » ou encore « L’histoire des Noirs, on ne veut plus entendre parler de ça ! ».

10h37 : les gilets jaunes marcheront-ils sur Paris samedi 24 novembre? C’est le but d’un appel lancé par un militant Debout la France du Tarn-et-Garonne qui a rencontré un large succès: près de 200000 personnes ont déjà visionné son appel pour une grande manifestation parisienne, une semaine après le lancement du mouvement.

9h22 : La carte du trafic de Bison futé permet de suivre en temps réel les conditions de circulation. Les barrages filtrants ou bloquants des gilets jaunes y figurent.

.

.

9h08 : Dans le sud-est, plusieurs barrages, parfois totalement bloquants sont installés sur l’A7, à Orange, Avignon ou encore Bollène.

Le péage Nîmes-Ouest a subi des dégradations à hauteur de « plusieurs milliers d’euros » en raison de la mobilisation des gilets jaunes samedi, selon la préfecture.

8h53 : Un homme grièvement blessé, selon l’Est républicainen Haute-Marne, un gilet jaune de 25 ans a été écrasé par un poids lourd. Il souffre de multiples fractures. Le chauffeur du camion, bloqué par les manifestants, a voulu passer et a roulé sur le jeune homme avant de fuir. Il s’est ensuite signalé gendarmes qui l’ont placé en garde à vue.

À Calais, vers 23h30, deux manifestants ont été percutés par un poids-lourd britannique. Le chauffeur a été interpellé. Trois heures plus tard, un chauffeur australien a été arrêté après avoir renversé un manifestant.

Samedi, plusieurs dizaines de personnes ont été blessés lors d’affrontements similaires. Une femme est morte, écrasée par une voiture, en Savoie.

Dimanche soir, dans la Drôme, un automobiliste excédé est revenu avec un fusil. Il a tiré en l’air avant de foncer sur le barrage, faisant au moins un blessé. Sa voiture a été incendié, et l’homme a été arrêté.

8h52 : Une vingtaine de personnes, gilets jaunes ou personnes ayant forcé des barrages, ont été interpellés par les forces de l’ordre dans la nuit.

8h45 : Sur BFM-TV, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a défendu la position de l’exécutif: « Est-ce que c’est emmerdant? Oui. Mais il faut changer les habitudes, et arrêter de raconter n’importe quoi. On aura bien l’air malin si on est tous malades dans 20 ans et qu’on a gagné du pouvoir d’achat », a lancé Benjamin Griveaux, très offensif face à Jean-Jacques Bourdin.

Vidéo intégrée

BFMTV

@BFMTV

Carburants: « Il faut se désintoxiquer de la France du tout pétrole » insiste Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement

373 personnes parlent à ce sujet

8h41 : Droite et gauche critiquent ce lundi un Premier ministre jugé inflexible après son interview sur France 2 au cours de laquelle il a assuré qu’il tiendrait « le cap » malgré la mobilisation des gilets jaunes: Il « exacerbe la colère », selon la porte-parole des Républicains Laurence Sailliet, qui dénonce « l’apogée du mensonge et du mépris »

« Édouard Philippe a bien parlé… pour ne rien dire. Le boxeur est fatigué: l’esquive ne suffit pas après deux jours d’insurrection citoyenne », a jugé Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) sur Twitter.

Jean-Luc Mélenchon

@JLMelenchon

a bien parlé… pour ne rien dire.

Le boxeur est fatigué : l’esquive ne suffit pas après deux jours d’insurrection citoyenne.

814 personnes parlent à ce sujet

« Après l’interview pour rien du Président, voici l’interview pour rien du Premier ministre. Rien ne change, rien n’est annoncé, tout est de la faute de ceux d’avant.

Il ‘entend’ mais s’entête », a abondé sur Twitter le porte-parole du PS Boris Vallaud, tandis que le premier secrétaire Olivier Faure réclamait de nouveau des « Etats généraux du pouvoir d’achat et du financement de la transition énergétique ».

Olivier Faure

@faureolivier

Le PM a raison. Les impôts et taxes baissent… mais pour les nantis ! Cette colère-là. Il ne l’entend ni ne la comprend. Plus que jamais je renouvelle le vœu d’Etats généraux du pv d’achat et du financement de la transition énergétique.

Edouard Philippe

@EPhilippePM

Un des engagements qui a été pris et qui sera tenu par ce Gouvernement, c’est de faire en sorte qu’à la fin du quinquennat et dès cette année, le niveau d’impôts et de taxes diminue. #JT20H

Vidéo intégrée

148 personnes parlent à ce sujet

Au Rassemblement national, l’eurodéputé et responsable du RN Nicolas Bay a critiqué sur Radio Classique un Premier ministre qui « dit j’entends la colère mais je ne bougerai pas d’un iota sur le cap », et un « pouvoir » qui veut « décrédibiliser un mouvement qui leur échappe totalement ».

8h32 : les gilets jaunes passent la frontière: en Belgique, où le mouvement avait débuté dès vendredi, de nombreuses stations-services sont déjà à sec, selon les médias belges.

8h06 : Une dizaine de dépôts de carburants sont désormais bloqués, selon Benjamin Cauchy, porte-parole des gilets jaunes, sur RMC.

« On veut désormais bloquer les raffineries et les dépôts industriels pour avoir un impact économique. {…] Édouard Philippe nous a entendu d’une seule oreille mais ne nous écoute pas », ajoute Benjamin Cauchy, qui demande un moratoire sur la fiscalité.

8h05 : à Roanne (Loire), une centaine de personnes tient un barrage filtrant.

8h04 : à Bordeaux (Gironde), les barrages et les blocages ont repris ce matin. Les ponts François Mitterrand et d’Aquitaine sont fermés.

8h03 : Vous pouvez consulter vos conditions de circulation sur toute la France sur le site de Bison futé, qui affiche ce lundi matin des dizaines d’incidents liés à des mouvements sociaux dans tout le pays.

7h57 : Selon le Dauphiné libéré, le dépôt pétrolier de Portes-lès-Valence (Drôme) est désormais bloqué à son tour.

7h25 : Un quatrième dépôt pétrolier, près de Toulouse (Haute-Garonne), est bloqué. Les routiers ont rejoint les manifestants près du dépôt pétrolier de Lespinasse

7h10 : au lendemain d’un week-end de blocages, les gilets jaunes ne désarment pas: de nombreux barrages sont installés depuis ce lundi matin dans toute la France.

L’A16 est fermée dans le Pas-de-Calais depuis 5 heures du matin en direction de la Belgique, à hauteur de Calais.

En Gironde, le pont d’Aquitaine reste fermé à la circulation. Dans le Gard, une centaine de manifestants occupent la RN106 à Alès (Gard).

Dans le Rhône, les gilets jaunes restent mobilisés entre Villefranche-sur-Saône et Lyon, un des plus importants points de blocages dimanche. À Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), des poids-lourds bloquent la RN73.

À Belfort, le péage de Fontaine sur l’autoroute A36 à hauteur de Larivière, est bloqué dans les deux sens de circulation.

-Dans les deux départements d’Alsace, de nombreux barrages sont également signalés ce lundi matin.

7 heures : selon France Bleu, plusieurs dépôts pétroliers bloqués par les « gilets jaunes », à Vern-sur-Seiche, près de Rennes, celui de la Pallice, à La Rochelle et à Fos-sur-Mer dans les Bouches-du-Rhône.

A lire aussi
×

Le Dauphiné LibéréEuro InformationDisponible –
Publicités

WordPress:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :