Certains médicaments pourraient vous coûter plus cher dès janvier. La Société générale veut économiser sur l’ancienneté des employés. Les plaintes à la Cnil explosent avec la mise en place du Règlement général de protection des données (RGPD), et d’autres infos !

Publié par

Certains médicaments pourraient vous coûter plus cher dès janvier. C’est la conséquence d’une réforme de la compensation des baisses de marge des pharmaciens qui visait, depuis 2015, à faire face à la diminution du prix de vente des médicaments remboursés par l’Assurance Maladie. Fixé à 1,02 euros par boîte de médicament, cet “honoraire de dispensation” versé aux pharmaciens par l’Assurance Maladie et les complémentaires santé pourra bientôt varier selon les médicaments. La différence étant à la charge des clients. Spasfon, sirops pour la toux, sprays nasaux et somnifèresdevraient notamment être concernés.

La Société générale veut économiser sur l’ancienneté des employés. La banque envisage de réduire les primes d’ancienneté (environ 1 mois de salaire) versées aux salariés après 20 ans, 30 ans et 35 ans de vie professionnelle. Le groupe voudrait par ailleurs réduire les primes de départ à la retraite de 6 à 3 mois de salaire. Difficile à avaler pour les syndicats qui n’ont pas obtenu d’augmentation collective pour 2019. Fin octobre, la direction avait annoncé que la banque ne s’interdisait pas “quelques ajustements tactiques à la fin de l’année”. Objectif: maintenir sa rentabilité.

Emmanuel Macron répond à la gronde des “Gilets jaunes”. Lors de son discours sur la transition énergétique, le Président a annoncé une fiscalité sur les carburants qui variera en fonction des prix du marché. Objectif: limiter l’impact des hausses des cours du pétrole, sans toutefois renoncer à la taxe carbone. Pas de quoi convaincre les “Gilets jaunes”, qui ont confirmé poursuivre leur mobilisation. Autres annonces d’Emmanuel Macronla fermeture de 14 réacteurs nucléaires à l’horizon 2035 (dont 6 d’ici 2028) et un soutien renforcé aux énergies renouvelables (de 5 à 8 milliards d’euros par an). • Quelles réactions suite au mouvement des « Gilets jaunes »? Rendez-vous ici en commentaire.

Les plaintes à la Cnil explosent avec la mise en place du Règlement général de protection des données (RGPD). En 6 mois, la Cnil a reçu 6.000 plaintes (+34% en un an). En première ligne: le secteur de la grande distribution, qui collecte de nombreuses datas avec les cartes de fidélité ou les paiements mobiles. Au total, 80% des commerces ne seraient pas en conformité. Aucune condamnation n’est tombée en France, à la différence du Portugal et de l’Allemagne. Mais la Cnil promet d’accélérer les contrôles. La sanction peut être sévère: jusqu’à 20 millions d’euros d’amende ou 4% du chiffre d’affaires mondial.

Et si le bien-être était pris en compte dans le calcul du PIB? C’est ce que proposent plusieurs économistes, dont le Français Thomas Piketty, et le prix Nobel d’économie 2001, Joseph Stiglitz, dans un rapport publié cette semaine par l’OCDE. Selon eux, l’une des erreurs commises lors de la crise financière de 2008 a été de se focaliser sur la croissance économique, sans prendre en compte la répartition des niveaux de bien-être au sein de la société. Résultat: ce diagnostic incomplet aurait conduit à des politiques publiques inadaptées, ayant notamment pour conséquences de renforcer les inégalités et d’accroître la défiance envers les institutions. • Réagissez à cette proposition en commentant ce post.

A Saint-Nazaire, les Chantiers de l’Atlantique s’agrandissent encore. 16 millions d’euros ont été investis pour augmenter de 16% les capacités de production du chantier naval. 17.000 m2 de surfaces utiles ont ainsi été ajoutés pour permettre aux 8.000 personnes à l’oeuvre sur le chantier de travailler sur 22 blocs de navire, contre 16 auparavant. Une extension bienvenue, alors que le site de Saint-Nazaire, hier moribond, fait face depuis 2 ans à un volume de commandes record: 12 paquebots restent à construire d’ici 2022. Le chantier est toujours dans l’attente d’un éventuel rachat par l’Italien Fincantieri. 

Travailler plus de 50 heures par semaine accroît le risque de troubles psychiques, au même titre que l’agressivité au travail ou le harcèlementDes phénomènes qui seraient parmi les principaux responsables des cas de dépression, d’addiction et d’anxiété observés en entreprise. Ces risques concernent 1 actif sur 5 et touchent davantage les femmes (26%) que les hommes (19%). Les employés de l’immobilier, de la banque et de l’assurance, ou encore les actifs aux plus bas revenus sont parmi les plus exposés.

L’idée du jour: Freddie Mercury, un modèle de leadership? C’est le point de vue de l’experte en bien-être au travail Sarah Macheboeuf, qui ose un parallèle surprenant entre le monde de la musique et l’entreprise.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s