Les plus gros laveurs de cerveaux s’attaquent aux fake news! MDR facebook et TF1 engagement des « journalistes  » pour lutter contre les fakes news sur les rĂ©seaux sociaux notamment!đŸ€ŁđŸ˜…đŸ˜‚ A mourir de rire, sauf que certains vont les croire..

Publié par

Les plus gros laveurs de cerveaux s’attaquent aux fake news

"On peut tromper une partie du peuple tout le temps .. Et tout le peuple une partie du temps ..  Mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps"  
..  Abraham Lincoln  1809-1865

« On peut tromper une partie du peuple tout le temps .. Et tout le peuple une partie du temps .. Mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps » 
.. Abraham Lincoln 1809-1865

De nouvelles rubriques à destination des écervelés

TF1 et France 2 ont créé de nouvelles rubriques dédiées au fact-checking, la vérification des infos douteuses, dans leurs journaux, illustrant la mobilisation grandissante des médias face à ce phénomÚne.

France 2 a dĂ©gainĂ© en premier en annonçant fin janvier la crĂ©ation d’une nouvelle rubrique du 20H00 d’Anne-Sophie Lapix, « Faux et usage de faux », dont la diffusion a commencĂ© cette semaine. « Faire la chasse aux fake news doit ĂȘtre un marqueur fort du service public, car ce sont des armes de manipulation massive. C’est notre utilitĂ© publique d’aider Ă  ce que des rumeurs ne deviennent pas des vĂ©ritĂ©s », avait expliquĂ© Ă  l’AFP Yannick Letranchant, directeur de l’information du groupe public.

Des rubriques consacrées 
Cette pastille s’ajoute au travail de vĂ©rification dĂ©jĂ  effectuĂ© dans des rubriques du JT de France 2 comme « L’oeil du 20H », ainsi que dans « l’instant dĂ©tox » sur la chaĂźne d’info franceinfo et l’Ă©mission de Thomas Sotto « Escape News » sur France 4. Franceinfo s’apprĂȘte Ă©galement Ă  renforcer ses programmes contre la dĂ©sinformation, avec une Ă©mission hebdomadaire, « Vrai ou fake ».

De son cĂŽtĂ©, TF1 inaugurera ce week-end « Factuel », une nouvelle rubrique diffusĂ©e tous les samedis dans le 20H00 d’Anne-Claire Coudray, et conçue dans le cadre d’une collaboration avec l’Agence France-Presse. Elle y remontera le fil d’une « infox », de sa crĂ©ation jusqu’Ă  sa diffusion via, le plus souvent, les rĂ©seaux sociaux. « Nous faisons du fact-checking depuis pas mal de temps », Ă  la fois dans les journaux de TF1 et sur la chaĂźne d’info LCI, a dĂ©clarĂ© Ă  l’AFP Thierry Thuillier, le patron de l’information du groupe TF1.

Mais il s’agit cette fois de faire plus que la simple vĂ©rification (dire si une information douteuse est vraie ou fausse) en « dĂ©cortiquant la naissance et le parcours d’une rumeur, d’une mauvaise information ou d’une fake news ».

Effet boule de neige
L’idĂ©e, selon lui, est de dĂ©montrer comment ces infox « prospĂšrent et, par un effet boule de neige, notamment sur les rĂ©seaux sociaux, en arrivent presque Ă  prendre le pas sur toutes les autres infos, comme on l’a dĂ©couvert en grandeur XXL avec le phĂ©nomĂšne des gilets jaunes ». Avec ces deux pastilles, cette lutte contre les infox va dĂ©sormais toucher plusieurs millions de tĂ©lĂ©spectateurs.

En France, c’est la presse Ă©crite qui s’est d’abord attaquĂ©e aux « fake news », il y a une dizaine d?annĂ©es. Parmi ces pionniers figurent la rubrique DĂ©sintox lancĂ©e par LibĂ©ration en 2008, qui s’est dĂ©clinĂ©e en 2012 Ă  la tĂ©lĂ©vision dans l’Ă©mission d’Arte « 28 minutes », puis a donnĂ© naissance en 2017 au service CheckNews (via lequel les lecteurs peuvent soumettre leurs questions aux vĂ©rificateurs du journal). Ou encore les DĂ©codeurs, blog du Monde lancĂ© il y a une dĂ©cennie et devenu en 2014 une rubrique Ă  part entiĂšre du journal, mĂȘlant vĂ©rification, contextualisation et datajournalisme.

Les outils de fact-checking se développent
Depuis deux ans, l’Agence France-Presse a aussi fortement dĂ©veloppĂ© son rĂ©seau international de journalistes dĂ©diĂ©s Ă  la vĂ©rification, AFP Factuel, qui comprend dĂ©jĂ  une trentaine de reporters dans 16 pays et va bientĂŽt s’Ă©tendre Ă  Beyrouth, au Liban, avec l’implantation d’une Ă©quipe chargĂ©e de traquer les « infox » au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Ce dĂ©veloppement dans le monde arabe s’effectue dans le cadre de la participation de l’AFP au programme mondial de fact-checking de Facebook, via lequel le groupe amĂ©ricain rĂ©munĂšre des journalistes de plusieurs mĂ©dias, qui se chargent de vĂ©rifier la vĂ©racitĂ© de contenus partagĂ©s massivement sur le rĂ©seau social et soupçonnĂ©s d’ĂȘtre faux.

Ce contrat avec Facebook reflĂšte, comme le partenariat avec TF1, une volontĂ© de l’AFP de devenir un rĂ©fĂ©rent mondial dans la lutte contre les « fake news »: elle est dĂ©jĂ  le mĂ©dia qui participe au programme de Facebook dans le plus grand nombre de pays, et le premier dans le monde arabe. Pour le directeur de l’information de l’AFP, Phil Chetwynd, qui veut dĂ©velopper « une culture du fact-checking » au sein de l’agence, « c’est une rĂ©ponse Ă  la rĂ©alitĂ© dans laquelle les mĂ©dias sont plongĂ©s. Une Ă©norme partie du public a abandonnĂ© les mĂ©dias traditionnels et s’informe via des groupes Facebook, comme on l’a vu avec les gilets jaunes. Nous sommes obligĂ©s d’aller sur ce terrain ».

 

Source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s