Lucie Pinson rappelle aussi que l’affaire comporte un enjeu climatique : « Brûler le gaz exporté par ces terminaux émettrait autant de gaz à effet de serre que les émissions annuelles de 30 centrales à charbon. Le gaz est souvent mis en avant parce que c’est une énergie moins carbonée que le charbon. Certes, une centrale à gaz émet deux fois moins qu’une centrale à charbon. Par contre, ces terminaux ont une capacité d’exportation bien supérieure à une centrale. Le Texas LNG a un impact équivalent à 7 centrales à charbon et Rio Grande LNG, à 43. Sans compter les fuites de méthane présentes tout au long du processus. Si on veut tout faire dans les cinq prochaines années pour éviter l’emballement du réchauffement climatique, c’est une réalité qu’on ne peut pas ignorer », précise la jeune femme.

Des Amérindiens accusent la BNP et la Société générale de soutenir des projets polluants https://reporterre.net/Des-Amerindiens-accusent-la-BNP-et-la-Societe-generale-de-soutenir-des-projets